L’avancement des techniques de propreté a permis l’émergence de technologies novatrices et efficaces, telles que le nettoyage cryogénique. Cette méthode est particulièrement appréciée pour sa capacité à nettoyer en profondeur sans utiliser de solvants chimiques. Avant de mettre en œuvre cette technologie, il est essentiel de préparer correctement la surface concernée pour garantir un résultat optimal. Voici donc un guide pour mener à bien cette mission.

Comprendre le nettoyage cryogénique

Le nettoyage cryogénique est une technique qui utilise des particules ou pellets de glace carbonique. D’un diamètre de 3 mm dans la grande majorité des cas, projetées à grande vitesse à l’aide d’air comprimé, cela a pour effet de décoller immédiatement les résidus. Ce procédé écologique se distingue par son efficacité dans diverses industries, et son absence de déchets secondaires, contrairement à l’utilisation d’un nettoyeur haute pression ou de la technique du sablage.

Toutefois, préparer adéquatement la surface avant l’application de cette méthode est crucial pour en maximiser les bénéfices, tout particulièrement lorsqu’on utilise des machines spécifiques comme celles de Cryoblaster®.

Inventaire initial des surfaces et matériaux

Avant de commencer l’opération de nettoyage cryogénique, une évaluation complète de la surface et des matériaux impliqués est nécessaire. Ce diagnostic permet de déterminer si certaines zones sont endommagées ou si elles nécessitent une attention spéciale. Il est également primordial d’identifier le type de saleté présent, qu’il s’agisse de graisse, d’huile, de résine ou même de suie. Selon la nature de ces impuretés, la configuration du matériel de nettoyage cryogénique pourrait être ajustée pour optimiser la performance du processus.

Inutile donc de prendre un canon pour tuer une mouche, ou au contraire utiliser une tapette à mouche pour tuer un ours… En d’autres termes, votre équipement de nettoyage cryogénique doit être adapté aux travaux à effectuer.

Guide pratique pour préparer une surface au nettoyage cryogénique avec Cryoblaster

Sélection des paramètres adaptés

Lorsque vous travaillez avec des équipements Cryoblaster, il est essentiel de sélectionner les bons paramètres basés sur le type de matériau et la nature de la contamination. Par exemple, un réglage plus doux sera approprié pour les surfaces délicates comme les armoires électriques, moules, plasturgie, tissus, ou le nettoyage des surfaces peintes (liste non exhaustive). Alors qu’une puissance plus élevée sera nécessaire pour des taches tenaces ou des matériaux plus résistants, comme l’enlèvement de la graisse des surfaces métalliques. Reportez-vous à l’abaque de votre blaster (mode d’emploi), pour connaître les pressions à utiliser.

Peut-être que vous ne disposez que d’un seul blaster, grand ou petit. Si ce dernier est un nettoyeur type ATX25-E V2, vous pourrez soit effectuer des opérations dites préventives ou alors des opérations dites curatives.

Si en revanche, vous disposez d’un modèle ATX nano-E, vous pourrez effectuer des nettoyages sur petites et moyenne surfaces, toutefois, avec le nouvel insert GT, vous pourrez augmenter le rendement de votre ATX nano-E jusqu’à 40 %, et ainsi être proche des performances de l’ATX25-E V2.

Pour plus d’informations sur l’insert GT, contactez-nous au 04 81 61 02 75.

Régler la pression de tir avant opération de nettoyage cryogénique

Régler la pression de travail, puis…

ATX25-E V2 permet de condamner le réglage de la pression

Condamner le réglage de la pression pour plus de sécurité (ATX25-E V2)

Préparation physique de l’espace de travail

La sécurité est fondamentale dans le cadre d’un nettoyage industriel. Assurer une bonne préparation de l’espace inclut la sécurisation de la zone ;

Débarrasser les surfaces à traiter des pollutions pouvant “s’envoler lors du tir cryogénique” : copeaux de bois, d’acier…

Effectuer un dégrossissement manuel si possible : enlèvement surplus de graisse, aspiration des poussières, de l’huile, des copeaux…

Retirer les objets pouvant être gênants lors du nettoyage : palettes, chariots…

Veillez à ce rien ne puisse “rouler” sur les tuyaux d’air comprimé ou votre éventuelle rallonge électriques : transpalette, chariot élévateur.

Retirer les produits inflammables à proximité. Rappel : ne pas tirer en zone ATEX, un nettoyeur cryogénique électro-pneumatique n’est pas adapté au tir en zone ATEX.

Protéger les objets fragiles et sensibles : capteurs, automates…

– Bâcher les équipements annexes, surtout en cas de dégraissage par cryogénie.

– La ventilation de l’espace de travail est également critique pour éviter toute concentration excessivement élevée en dioxyde de carbone, produit par la sublimation de la glace carbonique.

Préparation des surfaces avant tir cryogénique

Dégrossissement préalable : dans le cas présent, aspiration de résidus organiques.

Enlever les objets pouvant être projetés par l'air comprimé

Retirer les objets pouvant être projetés par la force de l’air comprimé

Mise en place des barrières de sécurité

Pour protéger efficacement les travailleurs et le matériel environnant, l’installation de barrières physiques peut être nécessaire.

Vous pouvez, par exemple, utiliser des rideaux de protection.

Ceci empêchera les particules d’atteindre des zones non ciblées et contribue à maintenir un environnement de travail sain et sûr.

ATTENTION : certains travaux nécessitent des habilitations spécifiques. Avant d’envisager un tir cryogénique, vous devez également vous assurer que le procédé de nettoyage par projection de carboglace, est adapté aux travaux à effectuer.

Le décapage par cryogénie sur l’amiante : OUBLIEZ !!!

Les protections physiques autour de la zone de travail

La protection physique (cercle jaune : bâche plastique) permet d’éviter le déplacement des pollutions d’une zone A vers une zone B.

ATTENTION : certains travaux nécessitent des habilitations spécifiques. Avant d’envisager un tir cryogénique, vous devez également vous assurer que le procédé de nettoyage par projection de carboglace, est adapté aux travaux à effectuer.

Le décapage par cryogénie sur l’amiante : OUBLIEZ !!!

Validation finale avant le nettoyage

Une fois toutes les mesures de préparation prises en compte, une dernière inspection de la surface et de l’environnement est recommandée. Cette étape finale permet de s’assurer que tous les aspects ont été couverts et que le nettoyage peut se dérouler sans imprévus. Examiner soigneusement l’équipement Cryoblaster pour confirmer son bon fonctionnement fait aussi partie intégrante du processus : vérification de l’état du tuyau de tir, des tuyaux air comprimé…

Enfin les E.P.I adaptés doivent être porté par l’ensemble de vos collaborateurs.

Les points clés à vérifier

  • L’intégrité des sécurités installées autour de la zone de travail
  • Le réglage correct des paramètres sur la machine Cryoblaster selon le type de surface
  • La circulation adéquate de l’air dans la zone de travail

La préparation minutieuse de la surface est un gage de succès pour le nettoyage cryogénique, rendant non seulement la procédure plus sûre, mais également plus efficace. Suivre ces étapes permet d’optimiser l’utilisation de technologies de pointe comme les équipements Cryoblaster, favorisant ainsi des résultats impeccables et respectueux de l’environnement.

Ces informations sont tirées de la Formation technique nettoyage cryogénique Cryoblaster®. Contactez-nous au 04 81 61 02 75, remplissez le formulaire ci-dessous, pour en savoir plus.

INFOS : Formation Nettoyage Cryogénique Industriel

Nous détestons le spam : vos coordonnées ne sont pas vendues à des sociétés tierces.